Abécédaire

Risques d’assurance

Bien que le but de l’assurance consiste à réduire vos propres risques de perte, si certains produits d’assurance vie ne sont pas sélectionnés avec soin, ils peuvent comporter certains risques. Les renseignements suivants sont destinés à vous aider à comprendre quelques-uns des risques associés à certains types d’assurance. Cela ne signifie pas qu’ils sont de mauvais produits, mais plutôt que vous devriez les souscrire avec prudence et déterminer s’ils conviennent à votre propre situation.

 

Assurance hypothèque/créance

L’assurance hypothèque est l’assurance que les banques offrent lorsqu’un prêt hypothécaire est consenti. Une assurance similaire peut être également offerte pour les prêts. L’assurance est destinée à protéger la banque et non pas vous. La banque est propriétaire de la police ainsi que l’unique bénéficiaire. Au décès, votre dette est entièrement remboursée. Autrement dit, vos héritiers n’ont aucun contrôle sur le paiement du capital assuré. Certains problèmes financiers pourraient, à leur avis, être plus urgents que le remboursement de la dette.

L’assurance hypothèque/créance est une assurance à capital décroissant. À mesure que vous remboursez votre dette et que le montant impayé diminue, le capital assuré diminue également. Cependant, vos primes ne diminuent pas proportionnellement à la réduction de votre couverture.

Le plus grand risque associé à ce type d’assurance est la non-transférabilité de la couverture dans le cas du refinancement de l’hypothèque ou du transfert de la dette à un autre établissement. Une nouvelle demande de couverture doit être faite. Si votre état de santé s’est détérioré et que vous n’êtes plus assurable, vous perdez votre couverture d’assurance ou êtes dans l’obligation de ne pas changer d’établissement prêteur.

Un autre risque inhérent à ce type de protection est la tarification médicale insuffisante entreprise au moment de l’établissement, laquelle ne comporte habituellement que quelques questions d’ordre médical. La compagnie d’assurance mène, toutefois, une enquête approfondie sur l’état de santé lorsqu’une demande de règlement est présentée. Bien que cette situation puisse représenter un avantage pour certaines personnes, il ne faut pas oublier que lorsque la compagnie d’assurance obtient beaucoup de renseignements au moment où elle approuve l’assurance, elle paye en général les demandes de règlement présentées dans les plus brefs délais.

Quand préférez-vous prouver à la compagnie d’assurance que vous êtes en bonne santé, de votre vivant ou à votre décès?

Un régime d’assurance personnelle, hors banque, vous permet de mieux contrôler votre couverture et vous donne la liberté de transférer ou de refinancer votre dette sans courir le risque de perdre cette protection de grande valeur.

 

Primes prélevées sur la valeur de rachat

Les polices d’assurance vie entière et vie universelle comportent chacune une composante en espèces, laquelle peut servir parfois à diminuer la période de paiement des primes. Vous rappelez-vous des recours collectif de 1990 relativement aux primes prélevées sur la valeur de rachat? Ceux-ci ont découlé d’hypothèses vigoureuses sur la composante placement des produits d’assurance vie entière. Lorsque les compagnies d’assurance n’ont pas pu en fait soutenir ces hypothèses, les propriétaires de police qui pensaient pouvoir cesser de payer les primes après un nombre d’années déterminé (sans aucune garantie contractuelle) ont dû continuer de payer. Bien qu’il soit tentant de libérer la police plus tôt, cette caractéristique non garantie n’est pas sans risque.

 

Assurance vie collective

Si vous exercez un emploi, vous pouvez obtenir une couverture d’assurance vie au titre du régime d’assurance collective offert par votre employeur. La plupart des polices d’assurance vie collective ne prévoient qu’un montant d’assurance limité. Certains régimes collectifs permettent la souscription d’assurance « facultative » sur production de preuve de bonne santé. L’assurance vie facultative prévoit un montant d’assurance en plus du montant offert par l’employer et pour lequel vous payez les primes (normalement par le biais de retenue salariale). Si vous demandez une protection d’assurance vie additionnelle, il est prudent de se renseigner sur les prix d’autres produits. Vous pouvez être en mesure d’obtenir une couverture moins coûteuse et de qualité supérieure.

Bien que l’assurance vie collective soit avantageuse en raison de son coût modique et de l’absence d’exigences médicales, elle n’offre pas le niveau de contrôle, de transférabilité ou de choix que l’on peut obtenir au moyen d’une police d’assurance vie individuelle.

  • L’assurance est offerte tant que vous faites partie du groupe. Si vous quittez votre employeur ou prenez votre retraite, vous risquez de perdre votre couverture.
  • Certains régimes collectifs vous permettent de transformer votre assurance en une assurance individuelle si vous quittez votre employeur. Toutefois, l’assurance est normalement transformée en assurance temporaire qui prendra fin à 65 ans et qui coûtera cher puisque des preuves de bonne santé n’ont peut-être jamais été exigées.
  • Votre employeur peut modifier ou annuler la couverture n’importe quand. Cela risque de vous laisser, vous et votre famille, sans aucune protection d’assurance vie.
L’assurance vie facultative vous fournit une protection additionnelle en plus de celle offerte par votre employeur, toutefois, elle est procurée dans le cadre de l’assurance collective et est soumise aux mêmes pièges. 

Pour en savoir davantage sur le régime d’assurance collective de l’AABC, cliquez ici.